Quelles sont les taxes à prévoir lorsque vous installez sur votre terrasse ou votre terrain une pergola, un carport ? Tout savoir sur les taxes d’aménagement, les taxes habitations, les taxes foncières.

Avant de vous lancer dans votre projet de pergola bioclimatique, abri de jardin modulable ou jardin d’hiver, selon la solution que vous choisirez, de la pergola classique qui se limite à un simple abri à la pergola hyper équipée RENSON qui est un véritable lieu de vie, votre projet peut avoir des conséquences sur votre imposition.

La taxe aménagement pour quelle installation ?

Elle concerne uniquement les biens fermés de plus de 5 m² avec une hauteur supérieure à 180 cm sont imposables par la taxe d’aménagement.

La taxe d’aménagement concerne uniquement les demandes de permis de construire et les déclarations préalables pour des travaux entrepris sur un terrain ou une construction.

La taxe aménagement est directement perçue par la région, le département et la commune, c’est pourquoi son taux varie d’une ville à l’autre.

Si votre construction dispose d’une zone non couverte ou bien que celle-ci reste ouverte sur au moins un côté, elle ne sera pas assujettie à la taxe d’aménagement.

La taxe d’aménagement n’est pas assimilable à la taxe foncière ou à la taxe d’habitation.

L’installation de votre pergola toit plat ou pergola bioclimatique doit obligatoirement suivre les règles d’urbanisme de votre commune. Ne pas suivre les règles est un délit pénal qui peut être sanctionné par la destruction du bien et une amende pouvant aller de 1200 à 300 000 euros.

Les démarches administratives sont GRATUITES mais différentes selon la surface couverte par votre pergola aluminium : 

  •  Pour toute surface de couverture de terrasse inférieure à 20 m2, une simple déclaration préalable de travaux est à déposer dans votre mairie grâce au formulaire cerfa 13304*07.
  • Pour une surface supérieure à 20 m2 concernant votre auvent ou pergola une demande de permis de construire est obligatoire cerfa 13406*067.   

Bon à savoir !

  • Pour toutes les communes disposant d’un Plan Local d’Urbanisme, cette limite passe de 20 m2 à 40 m2.
  • Que votre pergola soit indépendante ou adossée à votre habitation aucune déclaration n’est obligatoire pour une surface inférieure à 5m2.
  • La construction d’une pergola n’est pas considérée comme une surface habitable et n’est pas soumise à la taxe foncière
  • La construction d’un jardin d’hiver attenant à votre maison répond à la même réglementation qu’une véranda.
  • La fiscalité des pièces annexes est différente de celle d’une pergola. Accolé à votre maison et équipé d’un chauffage, même d’appoint, votre jardin d’hiver comptera comme surface habitable et sera imposable. Votre taxe foncière et votre taxe d’habitation seront donc revues à la hausse.
  • Comme le précise la loi d’urbanisme, la taxe d’aménagement s’applique pour un jardin d’hiver. En effet, une pergola couverte et entièrement fermée par des cloisons vitrées est considérée comme une annexe.
  • Les déclarations administratives préalables à la construction d’un jardin d’hiver sont les mêmes que pour une pergola. Cependant, un élément diffère sur le calcul de l’emprise au sol de votre jardin d’hiver. Si la surface totale de votre habitation dépasse les 150 m2 avec cette extension, vous serez dans l’obligation de faire appel à un architecte pour la demande de Permis de Construire Architecte (PCA). Même si votre véranda ou jardin d’hiver fait moins de 20 m2.

Un projet de pergola toit plat, pergola bioclimatique ou un jardin d’hiver ?

PENSEZ SOEKO OUTDOOR !